Sur le chemin de l’école – Visite

Il y a quelques jours nous sommes allés visiter la future école de notre petite puce.
Et oui, elle fêtera bientôt ses trois ans et en septembre les choses sérieuses vont  commencer. Elle prendra le chemin de l’école comme des millions d’autres petits élèves. « Moi je suis une petite grande maintenant. »

friseécoliers

Petite section de maternelle nous voilà!

Evidemment, plus la rentrée approche et plus nous avons droit aux remarques classiques: « Tu vas voir, c’est toi qui seras la plus triste. Tu vas devoir laisser ta fille grandir! Oh ma pauvre ça va être dur, tu vas sûrement pleurer. Ca fait un coup, tu vas prendre conscience du temps qui passe… » Charmant!

Et bien pas du tout!
Et d’un je trouve ça plutôt excitant, elle n’en même parlons pas.
Et de deux, après nos galères de places en crèche (que nous n’avons jamais eues) et de nounous, quel bonheur de savoir que ma petite fille est casée jusqu’au bac! Donc non c’est plus la banane que la larme à l’oeil.

Ce dernier mois a été très chargé. En parfaite maman débordée, je me suis gentiment plantée de date. Nous avons donc eu droit à une répétition générale, involontaire. Pourtant la remarque de ma boss, toujours suspicieuse, aurait du me mettre la puce à l’oreille.
« C’est quand même étrange une visite d’école pendant les vacances scolaires. »
« Justement, c’est pour que les grands ne soient pas là et que les petits se sentent plus à l’aise. » Imparable!
Et hop branle bas de combat, rendez-vous à 17h30 devant l’école. La titi en vacances chez sa mamie traverse Paris en métro, papa et maman quittent le travail sur la pointe des pieds. La tête dans le guidon, je houspille mamie au téléphone « Dépêchez-vous! Mais qu’est ce que vous faites?! ». Petit vomito en route, nous arrivons en catastrophe devant l’école… fermée et la rue déserte!
Euh… on va au parc?

Prêt pour l'école en route

Frise mains

Hop on oublie cet échec cuisant, le grand jour est enfin venu. Mademoiselle  haute comme 3 pommes, 2 ans et demi,  est une pile électrique « Maman, je veux aller travailler à l’école! Oh maman je suis contente! Maman je mets mon cartable?! Ou est ma trousse? J’ai besoin de ma trousse pour travailler avec mes crayons!!! Maaamaann! »
J’ai beau lui expliquer que la visite aura lieu après la halte garderie, stupeur et tremblements devant les grilles « NOoooooOnn! Veux pas aller à la Toupie!!!! Veux travailler!! S’il te paît maaammmaaaaaaannn! » Trahie et inconsolable, elle me regarde partir avec un air furieux.

17h30, on y est!
Changement d’ambiance, une marée humaine de petits et de grands envahit le trottoir. Raphaëlle, une grande de CM2 aux magnifiques yeux verts, fait le guide. Notre titi, des étoiles dans les yeux, lui donne la main et sert très fort sa poupée Ina.

Alors la maternelle ça ressemble à quoi?!

La maîtresse est là, tout sourire. Dans la classe, il y a tout ce qu’il faut pour apprendre en s’amusant: un coin peinture, un espace bibliothèque douillet, une cuisine toute équipée, des joujoux… On a envie d’avoir 3 ans et de faire bientôt sa rentrée. Notre blondinette, très à son aise, installe son bébé dans la chaise haute et se met immédiatement en cuisine. Ah, ah adorable!
Ca devient vite moins drôle quand d’autres familles arrivent et poireautent sur le seuil de la classe. Oups le rythme des visites se grippe. La petite Raphaëlle se crispe un peu. Allez, allez, on range les casseroles, il faut avancer, allons voir les autres classes. Plus facile à dire qu’à faire! La petite cuisinière est agacée, c’est le moment d’abattre la carte joker « Il y a sûrement d’autres cuisines, viens vite on va les voir!  » Nous passons de classe en classe en suivant le même petit manège.

Les petits pupitres alignés, le tableau noir, les grandes cartes du monde, les frises qui déroulent l’histoire de France, l’aquarium de phasmes, les casiers colorés, les photos à croquer des petits écoliers, leurs plus belles oeuvres accrochées au mur… C’est étonnant comme rien n’a changé! Une vraie bouffée de nostalgie ravive nos souvenirs d’enfance oubliés.

Retour en enfance

Notre joyeux petit groupe rencontre de futures camarades de classe affairées autour de la maison des Petits Malins. Titi court les retrouver, un élan spontané me pousse à me joindre à elles puis je me souviens que je suis une maman responsable.

Je me tourne vers le groupe de parents sérieux, entourant la maîtresse. Ah mais oui il faut poser des questions! Mince rien ne me vient à l’esprit, c’est pourtant le moment… Maman secoue toi! Les autres parents sont à fond, les questions fusent.
« Comment évolue le rythme des siestes de la petite à la moyenne section? Et quelles en sont les effets sur la concentration de plus petits? »
« Que prévoit le programme pédagogique concernant la transition vers l’autonomie? »
« Comment appréhender le travail sur la séparation pendant les 2 mois à venir? »
« Ma fille est propre depuis plusieurs mois, y a -t-il d’autres caps importants à passer avant septembre? »
Ah oui très bien… ça promet pour les futures réunions de parents d’élèves.
« Euh… et concernant les effectifs?… »

Ouf sauvés par le goûter organisé dans la cour.

Sus aux chips et aux petits gâteaux secs!

Eat me

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *